mercredi 17 mars 2010

REPRISE DU TRAVAIL AVEC CAMBO

Cette fois-ci, la fin de l’hiver est bien là, ciel bleu, peu de vent, et une douceur certaine commence à envahir l’air : il fait presque chaud.

Je reprends courage petit à petit…
Il ne faut pas délaisser Camboria, qui a besoin de moi.

Comme chaque année, à la même époque, elle devient très excitée : Si j’ai le malheur de sortir la copine au pré avant elle, elle se met à piaffer dans le box, à trembler de tous ses membres d’impatience peu contenue. Elle ne finit pas sa ration, elle pourtant si gourmande…
Mais pour ce qui est de la forme… aucun problème.
Imaginez une cocote minute en ébullition et faites sauter le bouchon… et vous aurez une idée de Camboria : impulsion ? Trop ! Il va falloir canaliser cet afflux d’énergie… cela promet quelques séances musclées.

A Montlaur, plus de carrière potable… Heureusement, il reste le paddock qui présente un espace plutôt bien plat, où l’on peut évoluer, à condition que le sol ne soit pas trop mouillé.

Séance de longe pour remettre la machine en état de fonctionner :

Phase de détente, sans enrênement : décontraction et allongement d’encolure, histoire de se dérouiller les muscles, d’abord au pas puis au trot.

Un peu de galop…

Nous poursuivons la séance en rênes fixes :
A main gauche…

A main droite…

Avec toujours beaucoup d’impulsion…

Un petit bout de vidéo :

video

vendredi 12 mars 2010

STAR NOUS A QUITTE CE SOIR…


C’est arrivé en fin d’après-midi, au moment de nourrir, il est resté immobile, debout au milieu du pré. Wendy s’est approchée, intriguée car ce n’était pas dans son habitude de rester ainsi à l’heure de la bouffe.
Et là, horreur… pas d’appui sur la jambe, et une forme qui ne laissait pas de doute…

Appelée vers 18 heures, je me précipite à La Paouloune, avec une grosse angoisse au fond du cœur…
En arrivant, de loin je l’appelle, il me répond de son hennissement habituel… Je sens qu’il est heureux de me voir et cela me fait chaud au cœur.
La suite, vous la devinez…
Fracture juste au-dessus du jarret gauche : cela arrive parfois, une trop forte torsion au niveau de l’articulation peut provoquer de telles lésions…
Le vétérinaire est formel, et il n’y a qu’une seule issue…

Star s’en endormi paisiblement avec moi, presque dans mes bras…
Il n’a pas trop souffert.

Et ce soir, je suis triste… triste…
Très triste…
Et je pleure mon Star bien aimé,
Que j’ai adoré pendant des années…

Mon seul réconfort : il a eu une belle vie, et une retraite heureuse… à la Paouloune

Merci à William et Myriam pour leur aide en ces moments difficiles.

oooOooo